Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Institut Viti-Vinicole du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Erweiterte Suche
  Startseite | Links | Feedback | Kontakt Hilfe| Sitemap | Infos zur Site
      DruckenVersenden

> Startseite > Aktuelles > 2017 > April > Bulletin phytosanitaire N°01/2017 du 3 avril 2017 pour la viticulture intégrée et biologique

Bulletin phytosanitaire N°01/2017 du 3 avril 2017 pour la viticulture intégrée et biologique

One up

Situation actuelle

Le mois de mars nous a surpris avec des températures anormalement chaudes et peu de pluie. Vers la fin du mois, des températures touchant les 20°Celsius ont causé un réveil de printemps très rapide. Le stade BBCH 05 « bourgeon dans le coton » est atteint dans la plupart des vignobles. La montée en température fait réveiller également les mange-bourgeons et c’est ainsi que dans, de nombreux vignobles, la chenille de boarmie fut déjà observée. Pour cette raison, l’Institut viti-vincole conseille aux vignerons de contrôler régulièrement leurs vignes quant aux symptômes de démangeaison des bourgeons.

Informations en ligne:

Liens importants:

Produits phytosanitaires agréés en viticulture intégrée pour 2017
Produits phytosanitaires agréés en viticulture biologique pour 2017
Produits phytosanitaires autorisés dans le cadre de la prime à l'entretien du paysage et de l'espace naturel
Lien ASTA: Produits phytosanitaires agréés en viticulture intégrée (toutes indications)
Lien ASTA: Produits phytosanitaires agréés en viticulture biologique (toutes indications)

I.) Diffuseurs à pheromones

Il est conseillé d'installer à present les diffuseurs de pheromones ISONET LE dans les vignobles.

Utilisation: 500 diffuseurs par hectare + 10% traitement en bordure

Un guide pour l'installation correcte des diffuseurs peut être téléchargé sur le site de l'IVV: http://www.ivv.public.lu sous Beratung > Weinbau Integrierter Rebschutz > Konfusionsverfahren gegen den Traubenwickler.

II.) Travail du sol

Les rangs enherbés se prêtent bien à une décompaction du sol en profondeur par l’intermédiaire d’une dent de décomptage. Cela permet, d’une part, de rompre la structure racinée de l’enherbement et d’autre part d’aérer le sol.
Le sol assez sec et granulaire se prête en outre bien pour un travail mécanique sous les rangs de vignes. Alternativement, le sol entre les ceps peut être ensemencé avec le mélange Carmena Niederwuchs Delinat IV qui contient plusieurs variétés pluriannuelles de trèfles. A ensemencer avec une densité de 1,5 gr./m2 en tant que semence superficielle (profondeur au maximum 1 cm). En cas de besoin, contacter PROTVIGNE, tél. 75 92 90.

III.) Protection phytosanitaire

  • Informations sur la protection phytosanitaire en viticulture intégrée et biologique pour la saison 2017: http://www.ivv.public.lu sous Beratung > Weinbau

  • Liste des produits phytosanitaires autorisés dans le cadre de la prime à l’entretien du paysage et de l’espace naturel : http://www.ivv.public.lu sous Beratung > Weinbau > Integrierter Rebschutz

1.) Acariens rouges

Si le seuil de 30 oeufs d’hiver par bourgeon est atteint, une huile minérale comme le Para-Sommer (dose maximale 4,0 L/ha) peut être appliquée entre le stade « gonflement du bourgeon » et « pointe verte visible ». En ce qui concerne l’épandage, il faut savoir que la meilleure efficacité des huiles minérales est atteinte aux alentours de températures allant de 12° à 15° Celsius. Attention : Les huiles minérales sont à éviter dès le débourrement à cause du risque de brûlures.
Le meilleur remède contre les acariens reste toujours la lutte naturelle, en favorisant le développement des prédateurs d’acariens, les typhlodromes.

viticulture biologique: idem


2.) Mange-bourgeons

Les températures chaudes font apparaître les mange-bourgeons en grand nombre. Actuellement, la chenille de boarmie est bien visible dans les vignobles. La chenille de noctuelle ou le charançon peuvent également apparaître.

Important à savoir :

  • Le risque d’attaque par ces ravageurs est fort dès le gonflement des bourgeons jusqu’au débourrement.

  • Un débourrement rapide aura pour conséquence de limiter les dégâts.

  • Le seuil de nuisibilité est de l’ordre de 5 à 15% de bourgeons détruits. Sous ce seuil, la vigne est capable de compenser les dégâts.

Mesures à prendre :

  • éviter le travail de l’inter rang dans les parcelles sensibles, afin de ne pas réchauffer le sol.

  • laisser le couvert végétal comme source de nourriture alternative.

  • Le ramassage des chenilles et des charançons est une technique de lutte efficace. A effectuer tôt le matin ou en soirée !

  • Un traitement insecticide (ex. Steward 50 gr./ha) ne doit être envisagé qu’en cas de dégâts dépassant le seuil de nuisibilité. En cas de migration prolongée, un second traitement sera nécessaire. Lors de l’épandage, toutes les parties du cep et du pied de vigne doivent bien être trempées de bouillie.


IV.) Herbicides

GLYPHOSATE (Roundup,…): Les doses maximales* affichées sur l‘étiquette d’emballage doivent être respectées. Une concentration minimale de 2,0% dans la bouillie est conseillée par un dosage adéquat d’eau. Les glyphosates ne sont autorisées que dans des vignobles de plus de 4 ans. Les pampres des pieds de vigne doivent être enlevés auparavant.

GLUFOSINATE (Basta,...): Les doses maximales* affichées sur l‘étiquette d’emballage doivent être respectées. Une concentration minimale de 2,0% dans la bouillie est conseillée par un dosage adéquat d’eau. Une application dès la première année de plantation est possible.

*se réfère à la surface effective à traiter, c’est-à-dire un traitement en bande de 40 cm dans des rangs espacés de 2 mètres correspond à seulement 20% de la surface viticole totale d’un vignoble. Ainsi les doses nécessaires en herbicides s’élèvent également à seulement 20% de la superficie totale d’un vignoble.

Les herbicides autorisés, ainsi que les doses maximales agréées, peuvent être consultés sur le site de l’ASTA: Lien

  • Le désherbage du bord des parcelles de vigne ainsi que l’utilisation d’herbicides dans des zones perméables et imperméables (routes, chemins) ou à proximité de points d’eau ou de rivières est interdite !
  • L’utilisation de buses spéciales anti-dérive est à conseiller vivement !

-------------------------------------------------------


En cas de besoin d’informations ou de conseils supplémentaires, la section viticole de l’Institut viti-vinicole se tient à Votre disposition :

Monsieur Robert MANNES; Tel 23 612 226; robert.mannes@ivv.etat.lu

Madame Mareike SCHULTZ; Tel: 23 612 220; mareike.schultz@ivv.etat.lu

Monsieur Serge FISCHER; Tel 23 612 218; serge.fischer@ivv.etat.lu



Communiqué par l’Institut viti-vinicole, section viticulture, 8, rue Nic Kieffer (B.P. 50) L-5501 REMICH

http://www.ivv.public.lu; info@ivv.public.lu



Zum Anfang der Seite

Copyright ©2012 Institut Viti-Vinicole   Rechtlicher Hinweis | Kontakt